Les compresseurs expliqués aux guitaristes !

Le compresseur, c’est un outil indispensable !
Et pourtant, cet effet est méconnu (voir mal-aimé) des guitaristes débutants…
Pourquoi tant de haine ? 🙂

Il faut reconnaitre que, contrairement à la wah-wah ou au flanger, dont l’action sur votre son de guitare vous saute aux oreilles, l’effet d’un compresseur est assez subtil pour une oreille peu entrainée…
Pour être honnête, quand j’ai débuté et que j’ai acheté mon premier compresseur, j’ai connu une belle déception la première fois que je l’ai enclenché !! Je n’entendais même pas le son de l’effet…

Mais ne vous y trompez pas, cet effet bien, que subtil, peut faire toute la différence sur votre son de guitare et contribuer largement à le rendre plus pro !!! 🙂

 

compresseur

 

Alors, concrètement, c’est quoi un compresseur ?
Et bien , pour dire les choses le plus simplement, c’est juste un gros bouton de volume automatisé !!!!

 

Il faut savoir que dans la plupart des sources sonores, il y a des crêtes non souhaitées qui peuvent créer des soucis…
Le boulot du compresseur, c’est de réduire le volume du son dès qu’il franchit un seuil critique.

 

schémas_compresseur

Le volume de tout ce qui se trouve au-dessus de la ligne rouge sera réduit.

 

Théoriquement, il serait possible de faire ceci manuellement, en tournant simplement le bouton de volume de la guitare ou de l’ampli à chaque fois que nécessaire… Ceci dit, avouez que ça ne serait pas très pratique !!!
De plus, la vitesse de réaction d’un compresseur peut être de l’ordre de quelques millisecondes, ce qui est loin d’être le cas de l’être humain !

 

compresseur (2)

 

 

RÉGLAGES

 

Voici les réglages que l’on trouve le plus couramment sur les compresseurs présents dans les studios d’enregistrement :

 

Threshold : c’est le seuil en dB à partir duquel le compresseur s’enclenche. Tout son en dessous de cette limite ne sera pas traité. Tout son qui dépasse cette limite verra son volume réduit en fonction du ratio.

 

Ratio : ce paramètre détermine avec quelle intensité aura lieu la réduction de volume.
Par exemple, un ratio de 2:1 indique une faible réduction de volume (2dB de réduction pour pour chaque dB au dessus du seuil).
Alors qu’un ratio de 10:1 (10dB de réduction pour chaque dB au dessus du seuil) implique une réduction beaucoup plus puissante !

 

Knee : ce bouton permet de choisir la manière dont le son qui dépasse le seuil va être compressé. Réglé sur Hard Knee, le ratio déterminé sera immédiatement appliqué. Réglé sur Soft Knee, le compresseur passera d’abord progressivement par tous les ratios inférieurs au ratio déterminé, ce qui créé un effet de compression beaucoup plus doux.

 

Attack : c’est la vitesse de réaction du compresseur à partir du moment où un son franchit le seuil.

 

Release : c’est la vitesse à laquelle le compresseur s’arrête.

 

Make Up, Gain ou Level : ce bouton permet de relever le volume général du son, si l’effet de compression l’a trop affaibli.

 

Il est à noter qu’aucune pédale de compression destinée aux guitaristes ne possèdent autant de réglages !!!
La plupart du temps, ces dernières sont juste pourvues d’un bouton Attack ou Response (que l’on peut régler sur Fast ou Slow) ainsi que d’un bouton nommé Intensity ou Sustain (qui détermine le taux de compression, et combine le Threshold, le Ratio et le Release).
Les pédales de compression se placent en début de chaine d’effet, avant l’overdrive et les autres effets.

 

compresseur (5)

 

APPLICATIONS GÉNÉRALES

 

Maintenant que vous avez compris ce qu’est un compresseur, voyons ses applications les plus courantes :

 

– L’avantage premier du compresseur, c’est qu’il permet d’obtenir un volume général plus égal !
Pour obtenir ce type d’effet, on règle le bouton Attack sur Fast (durée de réaction de l’ordre de quelques ms). Cela permet au compresseur de se mettre en marche presque immédiatement dès qu’un son franchit le seuil.
En faisant ceci, on « lime » littéralement les crêtes génantes !

 

schémas_compresseur (2)

Le compresseur s’actionne dès qu’une crête franchit le seuil.

 

Toutes les notes sont maintenant jouées quasiment au même volume !
Fini les VU-mètres dans le rouge et les saturations non-musicales !
C’est indispensable en enregistrement ou en mixage.
Mais le revers de la médaille, c’est qu’on perd un peu l’attaque du son, ce qui peut être génant si le son traité est percussif (caisse claire, toms, etc)…

 

– A l’inverse, un compresseur peut renforcer l’attaque d’un son !
Pour obtenir cet effet, il faut régler le bouton Attack sur Slow (durée de réaction de l’ordre de plusieurs centaines de ms ou plus). Du coup, lorsqu’un son franchit le seuil, le compresseur met un certain temps à se déclencher, ce qui préserve l’attaque naturelle du son. Et une fois mis en marche, le compresseur réduit le volume du « corps » du son, ce qui met encore l’accent sur l’attaque !

 

schémas_compresseur (3)

Le compresseur s’actionne après qu’une crête ait franchi le seuil.

 

– Enfin, le compresseur permet d’obtenir un volume général de sortie plus important !
Paradoxalement, c’est en réduisant les crêtes (et donc l’amplitude du son) qu’on peut ensuite relever l’ensemble du volume général à un niveau supérieur grâce au Make Up Gain, sans craindre de saturation génante !!

 

compresseur

 

APPLICATIONS POUR LES GUITARISTES

 

Concrètement , voici les avantages que les guitaristes peuvent espérer tirer d’une pédale de compression :

 

Une meilleure définition des notes, et une articulation plus harmonieuse (car il y a moins d’amplitude entre les notes les plus faibles et les plus fortes).
Si vous jouez une note doucement, elle sonnera quand même assez forte ! Les débutants peuvent y gagner et avoir l’impression de mieux jouer !
Pour les guitaristes rythmiques aussi, cela peut faire toute la différence (surtout dans un registre funky).
Le prix à payer en revanche, c’est qu’on perd de la nuance… Cela peut être assez gênant dans un registre bluesy, où l’expressivité du guitariste est si importante !

 

 

– Davantage de sustain.
Ce type d’effet peut être génial pour un guitariste soliste ! En particulier dans un registre metal, par exemple pour du tapping, où un volume constant des notes est nécessaire.
Cela fonctionne aussi pour de grosses rythmiques hard-rock ou indus (mais l’effet est moins audible, car le son saturé d’un ampli a déjà une compression naturelle !)

 

 

– Augmenter le niveau général de sortie si le son de la guitare est trop faible, ou est perdu dans le mix lors d’une répète ou d’un concert.
Cela peut s’avérer très utile !

 

compresseur (3)

 

CONCLUSION

 

Voilà, j’espère que cet article vous aura permis de comprendre tous les atouts d’une pédale de compression !

Si vous le souhaitez, j’expliquerai le fonctionnement d’autres pédales d’effets dans de futurs articles ! 🙂

 

PROFITEZ DE CE CADEAU GRATUIT EXCLUSIF POUR LES LECTEURS DE RIFF YOUR LIFE! CE LIVRE NUMÉRIQUE VOUS AIDERA A FAIRE DÉCOLLER VOTRE PROJET MUSICAL ! (Vous recevrez également la newsletter Riff Your Life, pour être tenu au courant de l’actu du site.)

 

Les 10 secrets à connaitre

 

Articles à lire également :

8 Comments

  1. Simple, clair, efficace… Merci pour cet article qui répond à toutes les questions que je me posais.

  2. Bonjour et merci pour cet article,

    Je suis claviériste et je m’intéresse aux compresseurs car je joue du synthé analogique monophonique (le Minibrute); or les changements de timbre (en particulier la fréquence de coupure du filtre passe-bas) induisent des changements de volume très importants qui sont gênants dans le jeu en groupe. Je gère ça actuellement en jouant constamment avec le potard de volume mais ce n’est vraiment pas idéal (surtout que je joue souvent d’un autre clavier en même temps), je vais peut-être m’acheter une pédale de volume (comme pour les orgues) mais je réfléchis à l’option d’un limiteur/compresseur. Penses-tu que ça pourrait correspondre à ma situation ? La fonction limiteur m’intéresse, en revanche, contrairement à un guitariste, je n’ai pas du tout besoin d’augmenter mon sustain, au contraire. Merci d’avance de ta réponse.
    Mathieu

    • Dans ton cas, un limiteur avec une attaque courte ou moyenne et un taux de compression assez élevé pourrait être la solution, vu que ton but est de niveler le son et que c’est justement la fonction première d’un limiteur. Si tu règles correctement l’attaque, cela n’aura aucun impact négatif sur ton sustain.

      Ou bien une pédale de volume, pour avoir davantage de contrôle et pouvoir régler le volume en temps réel.

  3. Félicitations pour cet article. Super complet. Que penses tu de l’utilisation de la compression avec une guitare acoustique ? (recherche d’amélioration du son pour la scène).

    • Merci pour ton commentaire Patrick ! 🙂 La compression peut aider une guitare acoustique à sonner plus « pleine », il faut juste veiller à ne pas détruire l’expressivité et le naturel de l’instrument. Comme toujours, tout est une question de bon dosage !

  4. Très bon article, complet et clair, je comprends maintenant l’utilisation d’un compresseur pour le tapping, ça me donne vraiment envie d’essayer pour le coup !
    Merci !

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


5 × 1 =