Dossier : la scène rock orléanaise

Récemment installé dans la ville de la Pucelle, j’ai décidé de partir à la rencontre des groupes de rock locaux et de faire un article façon « Guide du Routard » !
Des membres de Painted Side, Critical Legacy, Pleasure To Kill, Arno Walden, From Man To Dust, Impureza, Savage Annihilation, Hyaena, No More Back et Irya ont très gentiment accepté de me servir de guide.
Allez, c’est parti pour une immersion en profondeur dans une scène régionale bouillonnante !

 

Salut à vous et merci d’avoir accepté de participer à ce dossier ! Comment définiriez-vous le style musical de votre groupe ? Quels sont vos influences ?

Arnaud (Painted Side) : Il est difficile de donner un style précis au groupe et chacun d’entre nous a sa propre idée, mais on pourrait dire que nous sommes un groupe de Hard Rock mélodique, aérien avec des touches de rock progressif. Les influences du groupe sont nombreuses et variées, allant de Iron Maiden, à Guns’N’Roses en passant par le power metal jusqu’aux Chœurs de l’armée rouge !


Axel Rich (Critical Legacy)
: Nous jouons du Thrash metal mais nous essayons de ne pas nous laisser influencer par les vieux groupes de metal des années 80 pour avoir notre propre style et avoir la plus grande liberté de composition possible.


Dums (Pleasure To Kill) :
Nos méfaits relèvent d’un Thrash mi-oldschool, mi-moderne et re-mi-oldschool derrière, que l’on aime servir bien nerveux, sans fioritures et dans la bonne humeur. Le tout,  arrosé de textes en français. On est forcément influencé par la vieille garde avec des formation telles que : Destruction, Sepultura, Slayer, Testament, The Exploited, Pro-Pain, Death, Exodus, Obituary, Death Angel… Et forcément Kreator ! Après, on adore aussi « des trucs plus récents » comme Nervosa, Devildriver, Havok, Scornage, Lazarus A.D., Municipal Waste…N’oublions surtout pas la french touch avec les Vulcain, ADX, Tagada Jones et autres Lofofora !

Arno Walden : Mon style c’est du « Big rock », c’est pas moi qui le dit c’est « La grosse radio » !  Les influences les plus citées : Bruce Dickinson, Bon Jovi, Ronnie James Dio, Toto, Quiet Riot, Guns’N’Roses, Bowie, Extreme…

Aurélien (From Man To Dust) : Et bien il est toujours délicat de se situer soi-même dans les nombreuses étiquettes que comporte notre milieu musical, mais nous aimons à penser que notre musique est issu d’un mélange de metal moderne (Metal core / Deathcore etc) et de death metal plus « traditionnel ». Nos influences vont du metal progressif à Chimaira, Gojira, Machine Head ou encore la scène Thrash 80/90 pour certains d’entre nous.

Lionel (Impureza) : Impureza joue de l’Extreme Hispanic Metal, style que nous polissons depuis nos débuts et dans lequel nous rassemblons le métal avec le folklore Espagnol et Sud-Américain. Nos influences sont en parties des groupes comme Nile et Behemoth pour ce qui est du métal, Paco de Lucia, Al Di Meola et bien d’autres pour les composantes folkloriques et acoustiques.

Mike (Savage Annihilation) : Savage Annihilation est un groupe de Brutal Death Metal et nous sommes majoritairement influencé par la vague Old school avec des groupes comme Morbid Angel, Immolation, Cannibal Corpse …

Jimmy (Hyaena) : C’est toujours compliqué de répondre à cette question haha, nous nous décrivons comme du métal progressif, nous explorons beaucoup de chose dans le métal, on ne se prive jamais !

Kevin (No More Back) : Notre groupe c’est forgé dans le monde du Punk Rock avec des inspirations Punk français (Les Sheriffs, Les Sales Majestées, Tagada Jones, Parabellum…) , Punk californien (Offspring, Sum 41, Rise Against, Pennywise…) et une pointe de Métal (Metallica, Iron Maiden…) Nous mélangeons un peu l’ensemble de ses influences et nous obtenons No More Back.

Below (Irya) : C’est de l’Urban-Métal, ça sent le béton et le numérique ! On se refait pas ! En réalité, en matière de son Hard, nous avons été bercés par la scène française d’une part, très chaude et calorique, engagée mais pleine d’humour ; et par la musique d’outre-Atlantique d’autre part, plus agressive et froide avec des prods très travaillées. Mais au global, il y a bien plus d’influences qui s’affrontent, de courants musicaux de diverses époques et provenances, on y voit du rap, de l’électro, du funk etc… Il est vrai que ça m’a fait bizarre de passer d’un La à la flûte au LA de KoRn qui m’a fait découvrir une part de la musique à laquelle je ne m’attendais pas, ainsi que le bonheur des FX et autres pédales qui nourrissent aujourd’hui mes créations.

 

Etes-vous amis avec d’autres groupes de la scène orléanaise ? Qui nous recommandez-vous de découvrir ?

Arnaud (Painted Side) : Nous sommes amis avec le groupe Critical Legacy, un groupe de Trash orléanais bien ficelé ! Nous avons joué avec eux plusieurs fois et nous les conseillons sans hésiter !

Axel Rich (Critical Legacy) : Oui, avec Painted Side et No More Back et je vous recommande d’ailleurs d’aller les voir c’est scénique, ça envoie, vous passerez un bon moment !

Dums (Pleasure To Kill) : Parlons d’abord des plus intimes avec les Savage Annihilation (Brutal Death) qui envoient sévère et qui sont en tournée pour la promo de leur nouvel album. Citons également No More Back et leur punk dans la plus pure tradition française.
Orléans (et alentours) regorge d’un nombre de groupes impressionnant et dans les styles les plus divers ! On y trouve le metalcore moderne des copains (aussi) de Irya, le heavy de High Scream, le death de From Man To Dust, le rock stoner de Wild Dawn, le thrash oldschool des jeunes mais énergiques Critical Legacy, sans oublier (et j’en terminerai avec eux car la liste serait vraiment trop longue), les tauliers orléannais de Burning Heads dont la réputation n’est plus à faire.
PS : les copains qu’on n’a pas cités, ne nous en voulez pas… C’est toujours la question un peu piège. Mais on se fera pardonner autour d’une tisane bienfaitrice !

Arno Walden : Je connais bien les Chillidogs ils sont super cool c’est des potes, Fake Idea, de supers zicos et des mecs en or !!!!

Aurélien (From Man To Dust) : Je connais de près ou de loin une bonne partie des formations du coin, sans faire une liste exhaustive et en essayant de varier les registres je recommanderais de jeter une oreille  au groupe de Hardcore mélodique Polair, au death metal Hispanique d’Impureza,  ainsi qu’aux compositions complexes du metal moderne de Hyaena.  Pêle-mêle écoutez aussi Irya, Lxp86, Boris Viande ou Nesseria.

Lionel (Impureza) : Je vous invite à vous pencher sur Ritualization, groupe de « occult warmachine metal », des potes du secteur qui viennent de sortir un nouvel album récemment… Ca déboîte, avis aux amateurs de Death old school bien racé !

Mike (Savage Annihilation) : Nous avons pas mal de bons groupes locaux dans le gatinais et aux alentours, je vous recommande de découvrir Slave One qui font du Death Metal Technique, Pleasure To Kill qui font du Thrash Metal, Ritualization et Impureza en Death Metal …

Jimmy (Hyaena) :  Oui bien sûr. On est assez proche de nos amis chez From Man To Dust, avec qui nous allons jouer le 12 mai ! Polair, Irya, Boris Viande… sans oublier nos bro de Patent.

Kevin (No More Back) : Oui effectivement nous avons de super bons potes sur la scène régionale tels que Pleasure To Kill, Critical Legacy, Velvët, Jartel, Les Enfants De Panurge (Punk rock Tours), Drunker (Thrash punk Nangis), Lexa Pas Tout Seul (Punk rock Sens), Punk The System (Punk rock Aubigny sur Nère)…

Below (Irya) : Tout d’abord, Liquid, qui n’est plus mais dont certains ont rejoint From Man To Dust. Hyaena, avec qui nous avons partagé quelques scènes, tout comme The Rise Inside, Ethylosex et LXP 86 pour ne citer qu’eux.

 

Quelles sont les salles dans lesquelles les groupes locaux vont jouer ? Quels endroits nous conseillez-vous pour assister à de bons concerts de rock en ville ?

Arnaud (Painted Side) : Le Blue Devils est une salle qui deviendra vite incontournable à l’instar de l’Infrared (ancienne salle au même endroit) car il possède une scène très bien équipée avec une salle spécialement conçue pour les concerts. En dehors de ce bar, nous voyons malheureusement de moins en moins de bars accueillir des groupes et il ne restera donc plus que certains lieus pour assister à des concerts comme le Bouillon (sur le Campus de l’université d’Orléans) ou l’Astrolabe…

Axel Rich (Critical Legacy) : Le problème qui subsiste sur Orléans est que certaines personnes ne veulent pas voir de scène punk/rock/metal sur Orléans et les bars (salles gratuites) qui passaient ce genre de groupes se voient interdit d’accès… Il reste donc le Blue Devils et la Haute Croix (en bar) et sinon en salles utilisables louables on pourrait citer le 108 (maison des associations) et l’Astrolabe. Tous ces endroits sont de bonnes salles pour assister à des concerts rock en ville.

Dums (Pleasure To Kill) : D’abord, les points positifs : le Blue Devils est « the place to be » du centre ville : un lieu très sympa et hautement rock. Le 108 organise pas mal de concerts également. il y a également La Haute Croix (à St Jean de Braye, très proche olicentre Orléans) qui permet à des groupes de jouer. Après, il y a bien quelques concerts dans les différents lieux de la rue de Bourgogne mais sans plus.
Et c’est maintenant qu’on arrive au noeud du problème. Orléans est une ville où il devient extrêmement compliqué de jouer car les lieux de concerts, hors grosses structures, ferment de plus en plus, ou bien ne sont plus autorisés à « faire du bruit ». Je pense notamment à La Scène Bourgogne (car nous y avons une tendresse particulière), dont le patron s’est démené pendant des années pour faire vivre la scène locale (mais pas que) dans des programmations très éclectiques allant du dub au black metal en passant par le latino. Que dire aussi du 5ème Avenue qui a également fermé…

Arno Walden : En centre-ville tu as le Blue Devil qui a une excellente programmation mais je ne sais pas s’il programme du local… Sinon l’astro bien sûr… Mais surtout les enseignes V and B qui entoure l’agglo puisqu’il y en a un à Olivet, un à Ingré et un à Checy… Là tu trouves de la prog locale à coup sûr !

Aurélien (From Man To Dust) : Pour des concerts ici en général ça se déroule soit à L’Astrolabe, pour les plus grosses dates dirons-nous, au Garage du 108 rue de Bourgogne, qui régulièrement propose des scènes riches en groupes et gratuites ou très accessibles. Dans l’agglomération il y a aussi de temps en temps la salle du Bouillon, dans le campus universitaire orléanais, qui propose des plateaux intéressants, le bar du Manoir propose aussi quelques concerts de temps à autre, et enfin le Bar le Blue Devil aux Halles Châtelets, repreneur d’un  bar rock bien connu : l’Infrared, qui à pendant quelques temps proposé un nombre incroyable de concerts en tout genre, et surtout possède sa propre salle de concert dédiée en souterrain, fait assez rare pour le mentionner je pense.

Lionel (Impureza) : Astrolabe et Blue Devil’s Bar !!

Mike (Savage Annihilation) : Honnêtement , il n’y a pas vraiment d’endroits où tu peux écouter du metal dans le Gatinais… Nous avons heureusement quelques petits bar sur Orléans qui acceptent encore les concerts, et aussi PYHC qui organise beaucoups de bons concerts dans l’Yonne.

Jimmy (Hyaena) : Après une grosse période vide depuis la fermeture de l’Infrared, le Blue Devils a repris le flambeau. C’est l’endroit ou tout va se passer sur Orléans avec l’Astrolabe !

Kevin (No More Back) : Il y a pas mal d’endroits à Orléans. Les groupes locaux jouent dans plusieurs salles : le 108, l’Astrolabe, le Bouillon, le Blue Devils, le Delirium, le V and B et la Java Pop.

Below (Irya) : Il y a l’Astrolab, y a-t-il encore besoin de le citer ? Le Blue Devil, autrefois L’Infrared, qui accueille toujours de nombreux concerts et le Delirium dans un registre plus soft mais avec une infinité de bières différentes ! Voilà pour les salles, mais pour dénicher les perles éphémères qui ne s’organisent pas deux fois au même endroit il faut regarder du côté des associations comme MoraMora ou Slaptrack.

 

Dans quels bars les rockeurs orléanais ont-ils l’habitude de se réunir ? Où se rendre pour rencontrer des filles et des garçons sympas ?

Arnaud (Painted Side) : Le Manoir est un bar à l’atmosphère rock/métal où l’on peut facilement rencontrer de nouvelles personnes. Autrement, le Blue Devils grâce aux nombreux concerts organisés.

Axel Rich (Critical Legacy) : Le Manoir et le Manoir haha.

Dums (Pleasure To Kill) : A nouveau, le Blue Devils bien évidemment. Mais aussi Le Manoir, avec son ambiance plus intimiste et chaleureuse à la fois. Il y a peut-être d’autres endroits mais je ne les connais pas (n’étant pas d’Orléans même).

Arno Walden : Du coup je pense au Blue Devil, sinon j’adore l’ambiance du bar de mon pote BaBa l’Ant’Hic…

Aurélien (From Man To Dust) : De ce que j’en sait, ne fréquentant plus autant les bars qu’avant, les endroits assez « rock » restent le Blue Devil,  le Manoir, le Hendrix pub rue de Bourgogne ainsi que le Délirium sur les quais de Loire. Je ne doute pas qu’on puisse faire des rencontres sympa dans chacun de ces endroits.

Lionel (Impureza) : La liste est longue mais je vais plutôt vous citer la rue de Bourgogne, la rue des bars… En général les rockeurs changent plusieurs fois de bar dans la soirée !!! lol

Kevin (No More Back) : Les rockeurs se réunissent principalement au bar Le Manoir et le Blue Devils. On peut rencontrer des gens sympa dans presque tout les bars orléanais.

Below (Irya) : On reparlera bien sûr du Blue Devil où les concerts aident la bière à bien descendre ! Le Manoir, qui fédère la communauté métal et moyenâgeuse. Le Délirium, les Dix Fûts. Toute la rue de Bourgogne dans son intégralité, des restaurants aux bars en passant par les magasins insolites, c’est un bon lieu de rencontre. Concernant les filles et les garçons sympa, passez à la Casa Irya !

 

Pouvez-vous nous indiquer les meilleurs endroits pour faire du shopping en ville ? (boutiques de fringues, de musique, disquaire, etc…)

 

Arnaud (Painted Side) : Concernant les boutiques, il est aujourd’hui difficile de trouver son bonheur, ça passe donc davantage sur la customisation personnelle ou sinon il faut se rendre sur Paris qui n’est pas bien loin.

Axel Rich (Critical Legacy) : Le vendredi toute la journée, il y a un marché sur la place du Martroi dans lequel on peut trouver une énorme quantité de vieux vinyles rock/metal. Pour les fringues il n’y a plus rien à notre connaissance.

Dums (Pleasure To Kill) : Hormis la Fnac avec son équipe de choc du rayon musique, il y a aussi Planète Claire qui est LE lieu où dénicher des pépites et où il y a toujours moyen de participer à une discussion avec le patron, un client… On y chope des infos, des anecdotes, et des trouvailles musicales. Le shopping rock est également bien représenté par la boutique de fringues et accessoires Le Korrigan.

Arno Walden : Le Shop à Orléans,  rue de la Cerche, il y a des bon plans sur des marques présentes notamment au Hellfest…

Aurélien (From Man To Dust) : Pour tout ce qui est shopping rock, choux blanc, je dois bien admettre ne connaître aucune adresse particulièrement dédiée, ni petit disquaire spécialisé…

Lionel (Impureza) : Pour les amateurs de vinyles il y a la boutique Planète Claire , qui propose des produits intéressants en metal et tout autres styles. Une bonne boutique bien à l’ancienne comme je les aime bien… Après concernant les fringues, je sors pas souvent faire ma bimbo lol !!

Below (Irya) : Je peux vous conseiller Roger de Planète Claire en centre ville, il y a aussi un Wrüng et un skateshop nommé Digital, où l’on passe. Des friperies apparaissent et disparaissent ça et là, alors il faut fouiner un peu parfois. Mais nous passons bien plus de temps dans un magasin de musique intelligemment appelé Le Musicien, où l’on se sent bien plus à la maison!

 

 

 

Quels sont les endroits pour répéter ? (studio de répétition, locaux associatifs, etc)

Arnaud (Painted Side) : Pour les locaux de répétition, il existe la structure Polysonik au 108 rue de Bourgogne qui propose des salles de répétions mais également des salles d’enregistrement.

Axel Rich (Critical Legacy) : Pour les salles de répètes sur Orléans, il y a les studios Polysonik à la maison des associations et l’association « Défi » qui possède un local avec pas mal de salles.

Dums (Pleasure To Kill) : Je ne connais personnellement que La Maison Bourgogne, mais là aussi, il doit y en avoir bien d’autres.

Arno Walden : Le 108 bien sûr !! Perso j’y ai traîné ma gratte il y a une dizaine d’années et j’y suis passé en simple visite cette année, je trouve toujours cet endroit parfait !

Aurélien (From Man To Dust) : Pour répéter la plupart des groupes passent par les services du Polysonik, au 108 rue de bourgogne, ou l’ont peut réserver des créneaux de répétition à l’année ou ponctuellement, plusieurs salles, un studio d’enregistrement, du matos prêté de  bonne facture, la possibilité d’y stocker son matériel personnel, et une équipe en or. From Man To Dust à utilisé leur  locaux pendant plusieurs années avant de se trouver un local personnel dédié, et c’était une excellente expérience, d’autant qu’on y rencontre très facilement d’autres musiciens ou acteur de la scène et peut ainsi permettre à de nouveaux groupes de s’insérer assez facilement dans la scène locale.

Lionel (Impureza) : Les meilleurs locaux à Orlins se trouvent au 108 rue de Bourgogne. Etablissement neuf, doté de plusieurs salles insonorisées et parfaitement équipées en backline et matériel de sonorisation.

Below (Irya) : Pour ce qui est des répétitions, il existe le Polysonik qui propose des studios très agréables et une bonne acoustique pour un coût plus que raisonnable avec plein de matos, plein de groupes, plein d’activités et même des vitamines si on y regarde bien.

 

Existe-t-il des web-radios locales ?

Arnaud (Painted Side) : Des web-radio je ne sais pas, mais une radio locale qui passe les groupes locaux il y en a deux qui me viennent en tête : Radio Arc en ciel et Radio Campus.

Dums (Pleasure To Kill) : Je pense directement à l’émission Mavrica sur Radio Arc-en-ciel, ainsi qu’à l’émission Hot Rockin’ sur Fréquence Morvan.

Arno Walden : Arc en ciel, Mega FM.

Aurélien (From Man To Dust) : Hormis Radio Arc en Ciel, 96.2 FM, non je ne crois pas.

Lionel (Impureza) : Lol je ne saurais te dire… je n’écoute plus la radio depuis moult !!! xD

Mike (Savage Annihilation) : Pour le local pareil pour tous ce qui est metal nous ne sommes pas super gaté…

Kevin (No More Back) : Il existe plusieurs radio locale comme radio Campus ou radio Arc en ciel mais seul quelque émission sont dédié au rock comme l’émission Mavrica sur radio Arc en Ciel.

Below (Irya) : Ici, on apprécie Radio Campus qui sort du podcast avec à boire et à manger sur les acteurs culturel et qui nous ravie les cages à miel des crus musicaux locaux les plus raffinés.

 

Revenons un peu à vos groupes ! Quelles est votre meilleure expérience à ce jour (scène, studio) ? Ou votre anecdote la plus remarquable ?

Arnaud (Painted Side) : Il est difficile d’en sélectionner qu’une, mais les concerts au O’Sullivans Backstage à Paris avec notre public orléanais qui a fait le déplacement ou encore les deux concerts au Blue Devils dont le premier après le retour de notre guitariste après avoir vécu presque 1 an en Suède !

Axel Rich (Critical Legacy) : Notre meilleure anecdote était lors d’un festival d’association organisé par R2FETE sur une scène en pleine air à Fleury-les- Aubrais. C’était la première fois qu’on jouait devant un public ou il n’y avait presque pas de metalleux et l’accueil que nous avons reçu nous a vraiment surpris. Pour vous dire, on a vu des petites africaines headbanguer et faire un circle pit !!! A partir de ce moment, on a su qu’on pouvait jouer devant presque n’importe qui haha, c’était magique !

Dums (Pleasure To Kill) : Notre participation au MFest 2015 (région Tours) ! Tout à commencer lors du tremplin pour tenter notre sélection à cet évènement. Le matin du samedi des sélections, notre batteur m’appelle et me dit : « Ça va être mort pour aujourd’hui, j’ai été malade toute la nuit ». Me voilà maintenant à prévenir l’orga du tremplin pour leur annoncer qu’on ne viendra pas pour une raison évidente… De plus, dans un trio, dès qu’il en manque un…
Et là, les mecs de l’asso du MFest me tannent pour qu’on vienne quand même, blablabla, et d’un coup, ils me demandent si on n’aurait pas les pistes batteries par hasard ? Ding !!! Nous venions de finir d’enregistrer la batterie pour l’album à venir. Nous voilà parti au studio avec une clé usb pour choper quelques pistes batterie (non mixées, non vérifiées…), et hop en route pour le tremplin. Cerise sur le paquebot, nous avons été sélectionné, sûrement en partie pour notre façon d’avoir géré cette situation, (ainsi que de jouer au click en live pour la première fois).
Puis il y a eu le festival en question ! Quel weekend de folie ! Se retrouver sur une affiche aussi prestigieuse dans un tel lieu et devant un public déjà nombreux et très réceptif à notre musique (cette fois on était vraiment 3, pas de pc pour envoyer la batterie). Et participer à une programmation comme celle-là : Crisix, Belphegor, Hatesphere…
Et pour finir, le détail qui tue : en 2014 nous avions déjà tenté ce tremplin mais d’autres groupes avaient été meilleurs que nous. En 2015, on le refait (sans batteur) et on est pris !!!(Hasard ou réalité scientifique ?). Non j’déconne, on aime bien se foutre des clichés sur les batteurs, les guitaristes, les bassi… (ah bah non, y a rien sur les bassistes !).

Arno Walden : Alors des expériences depuis le temps que je joue j’en ai eu un max… Le truc le plus dingue qu’on ai fait c’est un live en extérieur. Il y a eu une panne de courant et nous avons terminé le concert avec un mini ampli branché sur l’allume cigare du camion et j’ai chanté sans sono avec mon gratteux et mon batteur qui jouait en mode « percus » sur sa drum. Le tout éclairé à la bougie… Super souvenir et super retour du public !!

Aurélien (From Man To Dust) : Et bien le groupe possède quelques années de bagage et viens de finir sa reformation, plus fort que jamais, aussi j’aime à penser que nos meilleures expériences sont devant nous et nous attendent, mais définitivement je dirais que notre première expérience en studio pour l’EP 99 était un moment fort et important, très enrichissant.

Lionel (Impureza) : Le Wacken, lol ! Concert réussi malgré l’ambiance Vietnam dans la boue et la pluie!! Super bons souvenirs pour de bonnes petites galères !!!

Mike (Savage Annihilation) : Les meilleurs experiences en ce qui concerne Savage Annihilation pour ma part sont Notre ouverture pour le groupe Americain Dying Fetus et notre tournée européene avec les groupes Avulsed et Mercyless, de tres bons souvenirs !

Jimmy (Hyaena) : Notre première tournée aura vraiment été une superbe expérience, avec énormément d’anecdotes… pour n’en citer qu’une : JB du groupe The Fourth Is Bearded essayant de nous dépanner le scénic en panne à 2h du mat’, avec des câbles speakons et un petit couteau svp !

Kevin (No More Back) : Notre meilleur expérience de scène s’est déroulée à Millau. Le programme : week-end de 4 jours dans la maison familiale de notre bassiste de l’époque (Jules) détente et concert acoustique à la clé. Nous devions assurer la première partie d’un groupe dans un bar en acoustique et a mi-parcours nous avons appris que finalement le groupe ne voulais pas de première partie. Nous sommes donc allé le lendemain après-midi de notre arrivée, démarcher des bars pour un concert acoustique qui devait se faire dans un créneau de 1 a 3 jours. Nous avons été finalement reçu comme des princes par la responsable du bar  » Le Lo Veirat » en centre ville de Millau qui a accepté de nous laisser jouer le jour d’après si nous arrivions a lui fournir une affiche dans les 2 heures. Sans ordinateur ni imprimeries d’ouverte… Nous avons créé un affiche via le téléphone de Jules et l’avons imprimé dans un studio photo en 1h. Par la suite nous avons passé une après-midi a poser des affiches en centre ville. Résultat nous avons réussi à avoir une salle comptant 60 personnes déchaînées, une bouteille de vin offerte par la direction, un magnifique souvenir et le concert le plus à l’arrache que nous ayons réalisé dans l’histoire du groupe ! Moralité : A cœur vaillant , rien n’est impossible !

Below (Irya) : Pour moi c’est un concert dans un bar à l’occasion de mon anniversaire, je suis déguisé en spider-man, la salle entière jumpe et les mûrs ruisselaient tant la foule était chaude !!!! Oui baby !
Et bien on bouge beaucoup sur scène et très souvent dans les petites salles ou les bars c’est Gary qui en fait les frais. Il y a eu un concert « combo » où chacun lui a mis des coups de manche pendant le live, Toon ayant même réussi à lui arracher un piercing dans la mêlée (oui, on s’aime!) même le public lui a fait perdre un bout de dent (qui a dit « musique de sauvage » ?).

 

Quels sont les projets de vos groupe dans un avenir proche ?

Arnaud (Painted Side) : Nous allons sortir une vidéo du dernier concert au Blue Devils et continuer nos enregistrements !

Axel Rich (Critical Legacy) : On bosse sur notre premier album dont la sortie est prévue pour cette année et de la suite de cet album, nous essaierons de participer à un maximum de tremplins et festivals. Nous avons également prévu de jouer en dehors d’Orléans dès cette année.

Dums (Pleasure To Kill) : Apparemment 2018 ne sera pas une année à concerts pour Pleasure To Kill (mais maintenant qu’on se connait, vous pouvez nous appeler PTK !). Le manque de temps pour le booking est très problématique pour nous ces derniers temps. Donc, on compose. Nous avons déjà 4 nouveaux titres et d’autres sont en cours de travail. On aimerait bien donner une suite au EP (Le Carnage – 2011) et à l’album (Sédition – 2015), alors on cherche à financer ce projet mais là aussi, ce n’est pas évident. En tous cas, l’envie est là, et les potards toujours prêts à envoyer des watts.

Arno Walden : Avant cet été nous allons sortir un clip sur un ancien titre que nous avons pas mal remanié. En parallèle nous sommes en cours d’écriture du prochain album qui devrait sortir en fin d’année ou début d’année prochaine !! Sinon pas mal de concerts à l’horizon puisque nous venons d’être signé du coup ça risque de pas mal bouger !

Aurélien (From Man To Dust) : Et bien actuellement nous nous attelons à nous préparer en vue de la première date de la reformation, le 12 mai au Blue Devil, avec Impureza et Hyaena, une très grosse soirée en perspective.  A terme nous allons dévoiler nos premiers titres de ce nouveau From Man To Dust, on à quelques autres dates dans les tiroirs ainsi que la sortie d’un premier Album et tout ce qui l’accompagne.

Lionel (Impureza) : Faire du concert et la préparation de nouveaux titres. Processus amorcé…

Mike (Savage Annihilation) : Nous avons pas mal de concerts a notre agenda pour cette année, nore 2ème album est sortie en Octobre l’année dernière, on essai de le promouvoir un maximum. Nous sommes déja sur de nouvelles compos et un « nouveau support » pour ne pas dire quoi, devrais voir le jour debut 2019 !!

Jimmy (Hyaena) : Beaucoup de choses ! Nous venons de sortir un nouveau clip avec notre nouveau chanteur Kévin, L’album numéro deux est déjà bien avancé, et nous préparons une deuxième tournée pour cet été…  Une grosse année en perspective !

Kevin (No More Back) : Édition d’un album (jaquette en cours de création), clip bientôt finalisé (la partie montage est presque terminée) et concert au Saint Lubin à Blois fin mai.

Below (Irya) : Et bien, des clips sont en travaux pour pas tard, de nouveaux CD également, les recordings ont repris chez nous au marteau et au burin ! Les concerts se multiplient et nous ne pouvons qu’espérer que ça continue car rien n’égale le partage d’un vrai moment de spectacle ! Le futur verra le développement de l’Asso Irya dont nous attendons beaucoup, entre autre, pour gagner en autonomie et en qualité de prestation !

 

NOS GUIDES

 

Painted Side (hard rock mélodique)

Camille (basse) – Nico (chant),  Arnaud (guitare), Bastien (batterie)

Facebook // YouTube1  // YouTube2

 

Critical Legacy (thrash metal)

Ulysse Darock (chant, basse) – Fischer (guitare rythmique),  Axel  Rich (guitare lead), Juan (batterie)

« Quitte à ne pas pouvoir changer le monde on peut au moins s’exprimer avec punch !»

Facebook // YouTube

 

 

Pleasure To Kill (thrash metal)

Dums (basse, chant) – Did (batterie) – Jmi (guitare)

« On vous thrash à la gueule ! »

Web // MP3 // YouTube

 

Arno Walden (big rock)

« De la joie, du rire, des larmes, faire battre des cœurs et des pieds»

Web // Facebook / Merchandising // YouTube1 // YouTube2

 

From Man To Dust (metal moderne)

Jean-Paul (batterie) – Leo (guitare) – Seb (chant) – Aurélien (guitare) – Giu (basse)

Facebook

 

Impureza (Extreme Hispanic Metal)

Lionel Cano Muñoz (guitares électriques et espagnoles), Guilhem (batterie), Esteban (chant), Florian (basse), Olivier (guitare rythmique).

 » Nous sommes un bataillon de conquistadores, amoureux et respectueux de l’Eldorado, arrivant des enfers dans leurs caravelles fantômes, dans le but de faire honneur aux hordes Hispaniques et Latinos par le biais de nos mélodies cavaleresques »

Web // Facebook // Pressbook // YouTube // Email

 

 


Savage Annihilation (death metal)

Dave (guitare, chant), Benoit (basse), Mike (batterie).

 » Un Brutal death Metal sombre qui renvoi ce que l’humain est au fonds de lui ! « 

Facebook // YouTube

 

 

Hyaena (metal progressif)

Christophe (batterie), Alex (guitare), Kévin (chant), Jimmy (guitare), Nathan (basse).

Facebook // MP3

 

 

No More Back (punk rock)

Laurent (guitare lead), David (batterie), Matthias (basse), Kevin (guitare rythmique).

« Un savant mélange de punk de rock de metal , une pointe d’humour et du gros son qui tabasse !!! »

Web // Facebook // MP3

 
 

Irya (Urban Metal)

« Bienvenue dans la Irya Famillia, on est 5 mecs qui donnent, venez prendre ! »

Web // Facebook

 

Si vous avez aimé cet article, laissez un commentaire ci-dessous !

 

pub pack impro

Ce cours « géant » regroupe un ebook de 142 pages au format PDF + 20 MP3 pour apprendre à improviser comme un dieu !!!!

 

livre gratuit

2 Comments

  1. Comme d’habitude, tes articles sont fouillés et habités. A plus pour un concert à Orléans au Blue Devils !

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


quatre × trois =