Interview d’Oli Le Baron

Oli Le Baron (de son vrai nom Olivier de la Celle) est, avec sa silhouette élégante et glamour, une figure à part dans le rock hexagonal.

Actif depuis le début des années 80, il est un véritable « guitar-hero » à la française !

Guitariste, chanteur, compositeur, multi-instrumentiste, arrangeur et producteur (rien que ça !), ce musicien accompli a sévi sur scène et en studio avec : Raphaël, Jean-Louis Aubert, Dick Rivers, Guesh Patti, Jad Wio, Richard Kolinka (ex-Téléphone), Sylvain Sylvain (New York Dolls)…

C’est donc un très grand honneur pour moi qu’il ait accepté de répondre à quelques questions pour les lecteurs de Riff Your Life !!!

 

 

1) Bonjour Oli, un grand merci d’avoir accepté de te prêter au jeu de cet interview ! Alors, comment as-tu attrapé le virus de la six-cordes ? Y a t-il eu un événement ou un groupe qui a déclenché ta passion ?

Môme, mon père m’a montré les accords de base sur sa 12 cordes Vox acoustique… j’avais commencé par 6 ans de piano mais ça me branchait moyen.
C’est surtout les photos complices de Mick & Keith , Bowie & Ronson etc… qui m’ont donné envie. Pour le petit timide, fils d’aristo que j’étais, c’était la porte ouverte au rêve.

 

2) Parle-nous un peu de ton parcours pour devenir guitariste professionnel. Quand as-tu réalisé que tu voulais vivre de la musique ? Et comment cela s’est-il concrétisé ?

Accident pour ce qui est de la guitare au fond .. je touchais un peu à tout et un beau jour ma copine de l’époque me connecte avec les Fanatics , un groupe parisien signé chez CBS/Epic . Ils reviennent du pays de Galles ou ils ont enregistré leur 1er album avec un des mecs d’Adam Ants et il cherche un guitariste… that’s it, got my first gig !
La vie coûtait moins cher début 80 et une avance de temps à autre permettait de s’en sortir sans trop de souci.

 

3) La plupart des guitaristes gardent un souvenir ému de leur toute première guitare ! Est-ce ton cas ? Quel a été ton premier instrument, celui sur lequel tu as appris tes gammes ?

D’abord les gammes ça a jamais été mon truc… j’ai bien dû mettre du Stones, Hendrix , Alice Cooper group ou Rock’n’roll Animal de Lou Reed sur ma platine quelques fois pour repérer des bouts de solos mais c’est surtout sur le tas que j’ai appris .
Ma première guitare était une petite Fender Musicmaster rachetée a mon pote d’enfance…
Après j’ai aussi récupéré sa Gibson Melody maker 61 (c’était mon dealer… lol)
La fois où j’ai supplié ma mère en lui promettant de faire vaisselle et ménage jusqu’à la fin de mes jours, c’était pour une SG custom blanche de 68 (comme Glen Buxton d’Alice Cooper Group) vu dans une vitrine a Pigalle.

 

4) As-tu un modèle de guitare fétiche, que tu emmènerais avec toi sur une île déserte ? Et si oui pour quelles raisons ?

Je ne pensais pas un jour avoir l’équivalent de « wife » pour Stevie Ray Vaughan mais c’est arrivé sur le tard avec ma 62 Jazzmaster. Avant j’étais plutôt LP Junior et Gretsch… maintenant c’est sans hésitation LA guitare que j’emmènerais sur cette îe déserte.
Assez proche d’une Junior niveau micros mais tellement plus sensuelle et polyvalente… surtout avec ce manche génial et un vibrato qui ne quitte jamais ma main et ne désaccorde pas la belle. Elle en a vu des gigs !

 

5) Quel est le matériel que tu trouves indispensable, sur scène ou ailleurs (amplis, effets, etc…)

Je suis fidèle à quelques trucs, comme mes vieilles Rat et Big Muff toutes rouillées, mais ouvert aux expériences. J’adore les amplis solid state sans lampes… ceux qui sonnent (Vox Defiant, Kustom K250…) et j’enregistre quasi toutes mes guitares sur un mini Marshall a 2 balles fabriqué en Indes… alors que je possède un paquet d’amplis tube vintage (Carsbro, Super reverb, Deluxe,Vox ..) ! Sur scène j’ai tendance a trop faire chauffer les amplis en cours de concert donc il me faut de la marge (headroom)… c’est toujours une nouvelle aventure.

 

Interview Oli Le Baron

Olivier dans son studio

 

6) Certains guitaristes préfèrent l’intimité d’un studio d’enregistrement, d’autres sont accrocs à la fureur de la scène ! Dans quel camp te situerais-tu ?

Je suis d’abord un mec de scène mais je maltraite mes jouets avec une intensité similaire en enregistrement. A vrai dire cela fait des années que je déteste les studios classiques. Mon truc, ce sont les grands salons, greniers, basements, chapelles, plein air… tu y pose tes racks et c’est tout de suite plus convivial. J’adore jouer de la basse en studio… souvent plus sexy que la 6 cordes a mon goût.

 

7) Peux-tu partager avec nous le moment que tu as trouvé le plus génial dans ta carrière ? Et aussi, au contraire, celui que tu as trouvé le plus stressant ?

Le plus top : être le premier a faire un énorme feedback au stade de France en ouvrant pour les Stones avec Aubert en 98 !
Le moins top : me retrouver a jouer Caravane avec Raphael (only) sur une guitare espagnole en promo… me suis juré que c’était la dernière fois ! (lol)

 

8) Que penses-tu de la scène musicale en 2014 ? Est ce qu’il y a des groupes actuels qui trouvent grâce à tes oreilles ?

De temps en temps… mais il faut que l’attitude soit présente et raccord (ce qui est rare). Pour ce qui est de la musique elle-même, je ne suis pas vraiment en admiration devant grand-chose ces temps ci… mais toujours prêt pour de bonnes surprises.

 

9) Y a t-il un conseil ou une astuce que tu serais prêt à partager avec les guitaristes qui débutent, pour les aider à progresser ?

La question a 1 million d’euros ! (ahah)
Surtout tenter le maximum, même avec le minimum. Ce n’est pas une question de matos, mais plutôt de survie ou de transe accidentelle… qui n’est en général pas mortelle.
Alors lâchez vous kids !!

 

10) Selon toi, quels sont les guitar-heros que tout aspirant guitariste digne de ce nom devrait écouter et étudier ?

Mick Ronson… pour les couleurs simples et flamboyantes qu’il avait le don de tatouer sur une chanson.

 

11) Parle-nous un peu de ton nouveau projet Sugar Sugaar ?

Sugar Sugaar c’est comme un cartoon avec de great rock’n’roll songs… rarissime de nos jours.
Ce n’est pas « mon » projet mais un nouveau groupe d’amis dont je produis l’album (artistiquement) et que j’ai rejoint on vox & guitar par pur plaisir.

 

12) En dehors de Sugar Sugaar, as-tu des fourmis dans les jambes pour réaliser d’autres projets ?

J’ai deux autres projets persos : Suicide Pool (avec Junior Rodriguez et MI Madssen) + Oli’s Funerals (mon groupe.. disons « Cabaret » avec Mathias Luzspinski, Florian Bellecourt, Jérôme Goldet et O Riquet)… Je sais les deux noms de groupe sont « sordides », vais en parler au psy que j’n’ai jamais eu ! (lol)

 

13) Pas de question, tu as carte blanche pour dire le mot de la fin, si tu le souhaites !

MUST BE FUN AVANT, PENDANT ET APRÈS !!!!

 

 

https://www.facebook.com/oli.delacelle
https://fr-fr.facebook.com/SUICIDEPOOL
http://www.sugarsugaar.com/
http://labo-k-effects.com/ (Karim et ses pédales Labo, recommandées par le Baron !)

 

N’oubliez pas de vous inscrire gratuitement à la newsletter Riff Your Life ! Vous aurez accès à de nombreuses astuces « club » réservées aux abonnés !



 

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire ci-dessous !
Ou partagez-le sur les réseaux sociaux !

 

Articles à lire également :

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


trois × 4 =