Coup de Projecteur sur : Special Deliverance

Fidèles lecteurs qui jouez dans un groupe, cette rubrique est la vôtre !
En effet, je vous donne l’occasion de vous faire connaître par le biais d’une courte présentation sur Riff Your Life !

SI VOUS AIMERIEZ QUE VOTRE GROUPE FIGURE DANS CETTE RUBRIQUE LA PROCHAINE FOIS, ENVOYEZ-MOI UNE PRÉSENTATION À L’ADRESSE SUIVANTE : riffyourlife@gmail.com

 

Aujourd’hui je vous propose de découvrir l’interview d’Arno Boytel, compositeur, multi-instrumentiste et leader du groupe parisien Special Deliverance, adeptes de psychédélisme et de space-rock ! C’est parti pour un voyage au pays des champignons hallucinogènes et de la fumée d’encens !

 

1) Salut Arno ! Quand j’écoute ta musique, je pense tout de suite à Hawkwind, à Blue Cheer, aux Pink Floyd (« Live At Pompei »), aux Rolling Stones (« Their Satanic Majesties Request »), aux Doors, voire même à certains morceaux psyché d’Alice Cooper (« Killer ») !
As-tu des idoles et si oui, les gens que je viens de citer en font il partie ? 🙂 Tes influences vont-elles au dela du rock psychédélique ?

Salut ! Oui, les groupes que tu viens de citer font partie de mes références. Le Pink Floyd de la première heure avec Syd Barrett jusqu’à la période d' »Animals », les Stones période 67/73, un peu moins Alice Cooper, mais plutôt Frank Zappa, qui a d’ailleurs produit ses premiers albums ! Aussi dans mes références, je citerais la première époque de Chicago Transit Authority, Blood, Sweat & Tears et Buddy Miles (jazz-rock Hendrixien), le bon vieux blues (Leadbelly, John Lee Hooker, Freddy King…), le blues Anglais et Américain (Canned Heat, Ten Years After, Savoy Brown, Johnny Winter…) Un peu de folk au sens large (de Dylan a The Byrds, en passant par Roy Harper) et surtout John Mayall qui est mon maître !!!!  J’adore également un jazzman nommé Don Ellis (la musique de French Connection).

 

2) Quelle est l’importance de l’héritage artistique pour toi ? T’inscris-tu dans une démarche d’hommage à tes héros, ou au contraire essayes tu de t’en détacher au maximum afin d’affirmer ta personnalité ?

Pour moi ce qui importe le plus, c’est d’apprendre avec les références que tu as, et de s’en détacher quand tu te sens prêt a apporter quelque chose d’assez nouveau.

 

3) Je trouve courageux de jouer ce style de musique très connoté 60’s/70’s en 2016 ! Pourquoi ce choix ? Est-ce que ça a été tout de suite une évidence, ou bien au contraire le fruit d’une mûre réflexion ?

C’était plutôt une évidence pour moi, car étant baigné dans ces sons-là depuis toujours, c’était vraiment une envie et un besoin d’essayer de renouveler cette musique à ma façon très personnelle. Le psychédélique est revenu a la mode, mais avec ou sans la mode, je n’aurais rien changé a ma façon de faire de la musique…

 

 

4) Pour toi, est ce que le rock psychédélique est une forme d’art vivante qui a encore des choses à dire ? Ou bien un folklore que tu contribues à perpétrer (notamment au niveau de ton look, qui semble très inspiré du mouvement hippie !) ?

Un peu des deux… aux Etats-Unis, cette musique ne s’est jamais vraiment éteinte depuis sa naissance en 1965 en Californie, ainsi qu’en Angleterre. J’assume complétement mon look façon Cowboy Psychédélique, surtout par rapport à l’originalité et à la qualité du vêtement de cette époque là ! Mais le psychédélique est bien plus qu’une musique, c’est une forme d’art complète et un mode de vie (affiches de concerts, peintures, dessins, vêtements, littérature, drogues, etc)… comme le hip-hop d’ailleurs.

 

special-deliverance-1

 

5) Dans l’inconscient collectif, la musique psychédélique est largement associée à l’usage de drogues ! 🙂 Sans aller jusqu’à te demander si tu es toi même consommateur de substances, as-tu besoin de te mettre dans un état particulier lorsque tu joues ta musique ? Par le biais de la méditation, par exemple ?

Justement, le fait d’écouter ce genre de musique me défonce autant que n’importe quelle drogue ! Le rock psychédélique est ma drogue… je me défonce à du 13th Floor Elevator, à du Blue Cheer, à du Pink Floyd ou autres pour me nourrir mentalement. Je n’ai jamais pris de drogues pour des raisons personnelles, mais ça ne m’empêche pas de produire ces sons si caractéristiques du psyché et de l’acid rock sur mes disques, et d’emmener les gens dans une aventure expérimentale.

 

6) Est-ce que les programmateurs de salles comprennent bien ta démarche ? Trouves-tu facilement des concerts et un public ? Existe t-il une scène psychédélique en France dont tu fais partie, ou bien es-tu un loup solitaire ?

En France, c’est quand même très dur de trouver des dates au quotidien… quand ça tombe, on est content et on donne le meilleur, mais l’idéal est de bouger vers l’Est (Bruxelles, Allemagne) ou carrément l’Angleterre et les Etats-Unis. Il y a quelques petits festivals en France programmant du psyché, mais le plus dur est de les contacter et surtout avoir une réponse ! En ce qui concerne la scène psyché française, on va dire que je suis un loup solitaire qui croise de temps a autres d’autres loups.

 

7) Parle nous un peu de toi et de ton parcours musical !? Combien d’instruments es-tu capable de jouer ?

J’ai commencé en 1996 la guitare et la basse dans deux écoles de musique sur Paris. A ce moment là, j’ai commencé à me former et à rentrer dans divers groupes punk, soul/funk, rock, dont le groupe Dentelles Nerveuses entre 2004 et 2010 en tant que bassiste et co-compositeur avec lequel j’ai fait un 45 tours, un EP et beaucoup de concerts jusqu’à Manchester. Niveau instruments je joue donc de la guitare électrique et acoustique 12 cordes en open tuning, de la basse, de l’harmonica, des congas, des bongos, du udu et du glockenspiel (genre de xylophone suédois) !

 

8) Quels sont les projets de Special Deliverance ? Disques, concerts ?

Je travaille surtout en ce moment la promo pour la sortie du troisième album qui s’appellera « The Mystic Dance », il sortira en décembre 2016. Ensuite, je ferai de mon mieux pour trouver un maximum de dates. Je prépare aussi de tout nouveaux titres avec mon nouveau line-up ( (Antoine Gomilla aux tablas/percussions et Michel « Seuls » Thiboult à la flûte traversière), pour un autre album de Special Deliverance.

 

 

9) J’ai lu que tu étais un fervant adepte du DIY (Do It Yourself) ! Concrètement, comment cela se traduit-il avec Special Deliverance ? Est ce que tu crées tes visuels et enregistre ta musique toi même ?

Oui voilà, je fais tout moi même, de la composition à la sortie des albums en passant par la promo, etc. Cela me laisse une totale liberté. Je fais la musique que je veux et sors les albums quand je veux, car tout me laisse à penser que sortir les albums sur un label est quand même un vrai bordel vu le nombre de groupes sur le marché et le peu de moyens des labels…

 

10) Tiens, justement, que penses-tu de l’état de l’industrie musicale – voire de l’état du monde ! – en 2016 ?

Un vrai bordel. Niveau musique, c’est de l’esclavagisme… il ne faut pas croire que les artistes qui ont signé sur les grosses majors ces dernières années (décennies ?)  font véritablement la musique qu’ils aiment… Les gens qui tiennent les ficelles font en sorte de gagner un maximum d’argent, c’est ce qui importe le plus pour eux ! Évidemment, il y a quelques exceptions  : des groupes et des artistes qui ont véritablement assez de bouteille dans le showbiz pour ne pas se faire enfler copieusement. L’état du monde ? On arrive bientôt a l’équivalent de Madmax (le premier).

 

11) Aurais-tu des conseils à donner aux apprentis musiciens qui souhaiteraient se lancer dans la grande aventure de former un groupe, pour leur éviter certaines galères ?

Il faut travailler votre instrument, ne vous contentez pas de faire sonner trois accords parce que c’est joli et c’est tout… Trouvez un son, une mélodie et des compositions qui sortent de l’ordinaire. écoutez vos références, et faites un compromis avec votre son à vous. Et surtout, ne perdez pas votre temps avec d’autres musiciens qui n’ont pas vos ambitions et qui n’apportent rien à votre groupe sous prétexte que ce sont vos meilleurs amis (lire à ce propos cet article sur les profils de musiciens nuisibles !)… Il y a ami dans la vie et il y a travail artistique… Bonne chance !

 

12) C’est la tradition sur Riff Your Life, tu as carte blanche pour le mot de la fin !

Avis aux programmateurs de concerts et de festivals : Special Deliverance recherche des dates, car l’album, c’est le menu et le concert, le repas !!!!

 

Site officiel d’Arno Boytel
Facebook de Special Deliverance

 

PACK « JOUER TOUTES LES GAMMES SANS EFFORT + L’ART DE L’IMPROVISATION » : un cours « géant » regroupant un ebook au format PDF et des MP3 pour apprendre à improviser comme un dieu !!!!
Cliquez sur l’image pour en savoir plus !

 

livre gratuit

Articles à lire également :

4 Comments

  1. Dans tes articles, j’aime à la fois la forme et le contenu. On apprend à tous les niveaux.
    Merci !
    Yves

  2. Je ne trouve pas le bouton ‘J’aime’
    IL est où ?

  3. Merci beaucoup Yves !! J’essaye de proposer un contenu varié et enrichissant à mes lecteurs 🙂

    Les boutons de réseaux sociaux se trouvent tout en bas de l’article, juste au dessus de la ligne « Article à lire également » (au dessus des petites vignettes qui renvoient à d’autres articles du blog).

  4. Info exclusive pour mes lecteurs : je suis en train de bosser sur un dossier très complet qui parlera du jeu d’un grand guitariste !

    La première partie du dossier sera publiée d’ici une quinzaine de jours 🙂

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


10 − 2 =