Vous ne jouerez jamais plus de cinq choses à la guitare, et moi non plus !

Vous ne jouerez jamais plus de cinq choses à la guitare !

 

Quand on débute à la guitare, ou même quand on a déjà plusieurs mois de pratique, on est souvent perdu ou intimidé devant l’impressionnante panoplie de sons qui peut sortir de l’instrument.

Et pourtant, il n’y a que cinq choses – et pas une de plus ! – qui sont physiquement réalisables à la guitare.

Cinq choses qui permettent de jouer tous les morceaux de tous les guitaristes du monde entier? Parfaitement.

 

Vous ne me croyez pas ? Alors jugez plutôt !

 

1) ON PEUT JOUER DES NOTES SEULES

 

Dès qu’on pose le doigt sur une case d’un manche de guitare et qu’on fait vibrer la corde, on génère une note de musique.

On joue les notes les unes après les autres, à plus ou moins grande vitesse, en suivant ou non le schéma d’une gamme.

 

Les notes constituent le matériel de base de la plupart des riffs et des solos !

A la guitare, il existe de multiples effets de jeu pour rendre les notes plus expressives : bends*, hammer-on, pull-off, tapping, etc…

 

"Heartbreaker" - Led Zeppelin

 

2) ON PEUT JOUER DES DOUBLE-STOPS : DEUX NOTES EN MÊME TEMPS

 

Si on joue un note en même temps qu’une deuxième note différente de la première, on créé ce qu’on appelle un double-stop.

La distance (exprimée en tons et demi-tons) qui sépare ces deux notes est un intervalle. Selon que cet intervalle soit grand ou petit, la couleur du double-stop n’est plus du tout la même. C’est la forme la plus rudimentaire de l’harmonie!

 

Les double-stops cohabitent parfaitement avec les notes seules, pour habiller un riff ou un solo. Ils sont particulièrement populaires dans le rock et le blues car ils sonnent très bien, même avec une forte distorsion !

Le fameux power chord ou « accord de puissance » caractéristique du hard-rock n’est autre qu’un double-stop (je reviendrai dessus dans un prochain article).

Tout comme les notes seules, les double-stops peuvent être rendus plus expressifs grâce à des effets de jeu : bends, glissés, etc.

 

"Foxy Lady" - Hendrix

 

3) ON PEUT JOUER DES ACCORDS : TROIS NOTES OU PLUS EN MÊME TEMPS

 

Si on joue un double-stop en même temps qu’une troisième note différente des deux premières, on crée un accord !

On peut considérer qu’il s’agit de deux double-stops empilés l’un sur l’autre. Il est possible d’en empiler davantage encore, ce qui permet de donner naissance à des accords de quatre notes ou plus. Les différents intervalles qui séparent les notes créent des accords aux couleurs très variées, et plus il y a de notes plus l’accord a une sonorité sophistiquée.

 

Les accords ont un rendu particulièrement riche, et la manière dont ils s’enchaînent constitue l’harmonie d’une chanson.

Contrairement aux notes seules ou aux double-stops, il est beaucoup plus difficile de rendre un accord expressif avec des effets de jeu (à l’exception notable du glissé, très prisé dans les accompagnements funky).

 

"Eight Days A Week" - The Beatles

 

4) ON PEUT JOUER DES ARPÈGES

 

Nous avons vu plus haut que toutes les notes d’un accord sont jouées simultanément.

Mais que se passe t-il si on les joue plutôt les unes à la suite des autres ? Rien de grave, docteur ! On crée simplement ce qu’on appelle un arpège.

On peut aussi créer des arpèges en décomposant les notes des double-stops.

 

Les arpèges ont une sonorité particulièrement mélodieuse, en raison du rapport harmonique qui existe entre les différentes notes.

 

On retrouve couramment les arpèges mélangés à des accords dans un contexte d’accompagnement rythmique. Ceci dit, certains guitaristes de heavy metal se servent aussi des arpèges dans leurs solos, la plupart du temps exécutés très rapidement en sweeping.

 

"Everybody Hurts" - REM

 

5) ON PEUT JOUER… DU BRUIT !

 

La guitare, et plus particulièrement la guitare électrique, est une formidable machine à créer des effets sonores particulièrement saisissants !

Raclement du médiator sur les cordes (pick scrape), cordes étouffées et martelées pour créer un son de tambour ou d’hélicoptère, effet larsen, etc.

On peut aussi utiliser des pédales d’effets pour créer une palette encore plus large de sons apocalyptiques : le flanger (effet qui ressemble au bruit d’un réacteur d’avion), la wah-wah (effet permettant d’imiter les inflexions de la voix humaine), etc.

Ces bruitages peuvent par exemple être utilisés dans un solo de guitare pour lui donner beaucoup de personnalité !

Il faut juste veiller à ne pas en abuser.

 

Si vous êtes intéressés par les effets sonores, je vous recommande ce livre très amusant : Effets Tres Speciaux pour Guitare (lien affilié, voir rubrique « à propos »).

Il se présente sous la forme d’une livre de recettes de cuisine et explique comment réaliser 45 bruitages différents à la guitare !

 

CONCLUSION

 

Dans un morceau standard, les cinq choses que nous venons de voir (et en particulier les quatre premières!) se combinent entre elles en permanence pour donner naissance à un jeu de guitare complet.

Le fait de prendre l’habitude de dissocier mentalement ces cinq choses vous permettra de comprendre plus facilement comment sont construits les morceaux à la guitare.

La prochaine fois que vous écouterez un guitariste jouer, essayez par exemple d’identifier à quel moment il joue des arpèges ou des double-stops. Cela vous aidera à faire évoluer votre jeu, et c’est aussi un aussi un excellent exercice pour développer l’oreille !

 

Certains morceaux appellent tout naturellement certaines approches : pour accompagner un chanteur à la guitare folk on se servira principalement d’accords et d’arpèges, tandis que pour un solo de guitare électrique on utilisera en priorité des notes et des double-stops.

Mais, justement, pourquoi ne pas casser ce schéma et se montrer original, en glissant par exemple un accord dans un solo ou un double-stop dans un accompagnement rythmique ? Il existe de nombreuses possibilités !

 

Je reviendrai bien sur dans de futurs articles sur l’utilisation précise des gammes, double-stops, accords et arpèges.

 

 

 

* Les mots en vert sont expliqués dans la rubrique « Lexique ».

 



Si cet article vous a apporté quelque chose, merci de laisser un commentaire ci-dessous, et/ou de le partager sur les réseaux sociaux !

 

Articles à lire également :

8 Comments

  1. Article très intéressant, j’ai appris des choses.
    Vivement la suite.

  2. Merci pour ton commentaire LadyR ! J’espère pouvoir t’aider à progresser 🙂 N’hésites pas à me dire quelles sortes d’articles tu aimerais pouvoir lire sur mon blog !

  3. Salut sylvain,

    Super première article !
    Ces bases posent de bons fondements pour la suite.
    J’ai hâte de voir les prochains articles 😉
    C’est pour bientôt ?

    Tim

  4. Merci Tim ! ce premier article n’est qu’une mise en bouche, je développerais tout ça au cours des articles suivants 🙂

    Oui oui, c’est pour bientôt, je poste un 2ème article aujourd’hui ou demain !! 😉

  5. Il m’est arrivé quelque chose de formidable ! Après avoir lu l’article sur apprendre a décrypter une chanson à l’oreille je décide de revenir au premier article et comme a mon habitude je joue les extraits de morceaux que vous mettez à chaque article avec la musique. Après avoir fait l’arpège de « Everybody Hurts » je continue à jouer la chanson et a trouver la suite des accords machinalement. Peut être que je m’emballe mais je tiens encore une fois à vous remercier pour ce que je peux apprendre à travers vos articles.
    Enjoy 🙂

  6. moué, pas très bien compris l’intérêt de l’article… le titre est faux… c’est super réducteur, il manque plein de choses …

    • L’intérêt de l’article est de dédramatiser la guitare pour les débutants, en leur montrant les cinq choses qui sont possibles à réaliser sur une guitare… Cela n’a d’utilité bien sur que pour les débutants, pas les dieux de la gratte dont tu sembles faire partie !

      Sinon peux-tu m’indiquer quelles sont les choses que tu joues sur ta guitare que ne sont : 1) ni des notes isolées, 2) ni des double-stops, 3) ni des accords, 4) ni des arpèges, 5) ni du bruit ?
      Ca m’intéresse drôlement, je vais surement apprendre quelque chose !
      N’hésites pas à nous éclairer de ta science et à m’indiquer comment compléter cet article qui selon toi est incomplet !

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


cinq × un =