N’ayez plus peur du manche !

 

En cette période halloweenesque, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un titre à double-sens !! Mais rassurez-vous, dans cet article il sera bien question du manche de votre guitare, et non du manche à balai d’une sorcière ! 🙂

 

Vous l’avez peut-être remarqué, la plupart des guitaristes débutants n’exploitent que la partie supérieure de leur instrument, c’est à dire uniquement les 5 premières cases… Et le plus souvent ils ne jouent que sur les cordes les plus graves.
Autant dire qu’avec un territoire de jeu aussi limité, ils pourraient tout aussi bien se contenter de jouer du ukulélé…
Si c’est votre cas, n’ayez pas honte ! Je suis moi aussi passé par là à mes tous débuts.

 

Pourtant une guitare électrique standard, c’est 21 ou 22 cases !
Alors pourquoi les débutants s’en privent-ils ?
La réponse est évidente : la peur du manche !
Ce territoire leur semble hostile, car il ne leur évoque rien… Ils n’ont pas conscience qu’il existe des repères simples sur le manche d’une guitare !

 

Une bonne connaissance du manche de la guitare est primordiale pour progresser, et ce n’est pas si compliqué de se repérer, pour peu qu’on connaisse les deux astuces imparables que je m’apprête à vous révéler !

 

 

manche

Les notes sur le manche d’une guitare : osez enfin sortir de la zone grise !

 

 

LES TRIANGLES MAGIQUES

 

Voici une astuce qui va véritablement vous changer la vie !
Elle m’a été révélée dans le livre Rock Guitar Secrets de Peter Fischer (lien affilié).
 

Figurez-vous que sur un manche de guitare, les notes ne sont pas disposées au hasard ! Au contraire, elles se répètent à différents endroits en suivant des schémas bien précis.

 

Il existe quatre « triangles magiques » qui permettent de localiser une même note en trois points différents du manche.
Avec ces triangles, plus aucun risque de se « perdre » sur le manche, quelle que soit la hauteur à laquelle vous jouez !
C’est très pratique pour se repérer en un clin d’œil, sans même y penser !! Il suffit de connaitre le nom d’une des notes pour connaitre immédiatement celui des deux autres : c’est le même ! 🙂

 

Mémorisez bien la forme de ces quatre triangles, et entraînez-vous à les reproduire et à les déplacer le long du manche :

 

triangles

Les quatre « triangles magiques » : en fait des empilements d’intervalles d’octave !

 

 

EXERCICES DE REPÉRAGE :

 

tabs

 dLe but du jeu, vous l’avez compris, et de pouvoir rejouer la même mélodie à différentes hauteurs du manche, de manière quasi-automatique.

 

 

LA RÈGLE DU +1

 

Note : si vous ne savez pas ce qu’est un intervalle, lisez tout de suite l’article suivant !

 
Voici une deuxième astuce extrêmement utile, qui m’a été inspirée par un passage du livre Fretboard Logic Se: The Reasoning Behind the Guitar’s Unique Tuning Plus Chords Scales and Arpeggios Complete de Bill Edwards (lien affilié, excellente lecture au passage !).

 

Vous ne l’avez sans doute jamais remarqué, mais sur une guitare normalement accordée, deux cordes consécutives sont toujours séparées par un intervalle de quarte juste (4).
Seule exception, les 3ème et 2ème cordes, qui sont pour leur part séparées par une tierce majeure (3) !
Sans rentrer dans les détails, cet accordage particulier permet entre autres chose de réaliser davantage de formes d’accords que si toutes les cordes étaient séparées par une quarte juste.

 

Mais cette particularité, loin d’être anodine, a un prix… Personne ne vous l’a jamais dit, mais le manche est en réalité délimité en deux régions bien distinctes : il y a le territoire des « graves » (cordes de E, A, D et G), et le territoire des« aigus » (cordes B et E) !!!

 

territoire

 

Entre les deux se trouve une frontière imaginaire (représentée par la ligne noire) que l’on ne peut franchir que sous certaines conditions…

 

Essayez de voir les choses de la manière suivante : lorsqu’on place un crayon dans un verre d’eau, on peut observer une illusion d’optique à l’endroit où l’eau et l’air se rejoignent et le crayon a l’air d’être coupé en deux :

 

verre

 

Lorsqu’on franchit la frontière entre les deux territoires du manche d’une guitare, c’est exactement le même principe ! Il se forme une sorte de décalage…

 

C’est ce qui explique que lorsque vous jouez une mélodie ou un riff dans les graves, et que vous essayez de jouez la même chose dans les aigus, le doigté est complètement modifié !
Ce qui peut être extrêmement déroutant pour un débutant.

 

Pour régler ce problème, il suffit de prendre l’habitude d’avancer tout le territoire aigu d’une case à chaque fois que l’on franchit la frontière imaginaire !!!!!
En faisant cela, on rétablit un accordage en quarte juste entre la corde de G et celle de B !

 

C’est ce que j’appelle la « règle du +1 ».

 

 

Exemple n°1 : changement de l’aspect d’un motif mélodique au moment de franchir la frontière :

 

motif

 

 

 

 

 

 

 

motif2

La « règle du +1 » modifie l’aspect du cinquième motif !

 

 

règle

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec cette astuce géniale, vous pourrez transposer n’importe quel riff ou mélodie à n’importe quelle hauteur et sonner toujours juste !!!

 

Vous réaliserez également que certaines schémas qui ont des aspects différents sont en fait une seule et même entité, avant et après compensation par la « règle du +1 ».

 

 

CONCLUSION

 

Avec l’astuce des « triangles magiques » et celle de la « règle du +1 », vous avez désormais une connaissance du manche de votre guitare supérieur à la moyenne! Ce qui vous servira tout au long de votre vie de guitariste.

 

Grâce à ces deux techniques, je vous garantie que vous ne serez plus jamais perdu sur le manche de votre instrument ! 🙂

 

 

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Riff Your Life ! Vous recevrez de temps à autre des bonus et des infos sur le site, et pourrez vous désinscrire à tout moment. Et je vous offre en cadeau de bienvenue un livre numérique gratuit, au format PDF !




Si vous avez aimé cet article, merci de poster un commentaire ci-dessous !

 

Articles à lire également :

5 Comments

  1. Très très instructif!

  2. Salut Sylvain!
    Merci pour ce billet que tu viens de sortir. C’est très explicite et cette approche visuelle de la guitare est celle que je revendique aussi. C’est super de dé-diaboliser le manche.Très clair, très simple.
    J’en veux encore 🙂

  3. Merci Valéry !!! 😀

  4. Bien vu ! Perso j’utilise beaucoup la partie « guitare hero » sans en être un. C’est juste que lorsqu’on a compris que la guitare fonctionne par positions, on peut jouer n’importe où.

    Quand on débute, on a tendance à se concentrer uniquement sur les accords ouverts de bases, mais lorsqu’on commence à apprendre les accords barrés et autres positions d’accords que l’on peut appliquer n’importe où, le champ des possibles s’ouvre. Pareil pour les gammes !

    Lorsqu’on maîtrise une position de gamme majeure, on peut la jouer dans toutes les tonalités et c’est un avantage énorme par rapport aux autres instruments.

    • Bien sur, j’ai volontairement schématisé en associant le haut du manche de la guitare avec les « guitar heroes »! Un débutant peut aussi y laisser trainer ses doigts, à l’occasion 🙂 Le but était surtout de montrer que quand on a atteint un niveau chevronné, on peut jouer sur toute la longueur du manche, sans restriction.

      Effectivement, il existe toutes sortes de positions qui se répètent sur le manche, et cela facilite grandement l’apprentissage de la guitare ! Pour faire un parallèle, c’est un peu comme sur un table de mixage : à partir du moment où on maitrise une tranche, on maitrise toute la table !
      Info exclusive, je suis actuellement en train de développer un système perso pour apprendre facilement TOUS les accords et TOUTES les gammes ! Cela fera l’objet d’une série d’articles un peu particuliers 🙂

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


11 − 9 =