10 erreurs à ne surtout pas commettre pour réussir vos répétitions en groupe

 

Cette semaine, je vais traiter un sujet qui m’a été demandé par un lecteur : les répétitions !

Que ce soit pour préparer un concert, mettre au point un nouveau morceau ou tout simplement se retrouver entre potes, les répétitions sont un moment privilégié dans la vie de tous les groupes.

Oui mais voilà… Sans quelques règles élémentaires de bonne conduite, ce moment sympathique et convivial peut vite se transformer en cauchemar… On est tous passés par là !!

Alors, quelles sont les mauvaises habitudes qui peuvent venir ruiner une « répète » constructive ?

Voici la liste de 10 erreurs à ne surtout pas commettre !

 

1) NE PAS S’ACCORDER

 

Cela semble évident, et pourtant ça ne l’est pas pour tout le monde : dans les cinq premières minutes d’une séance, on commence par s’accorder !!!!
Idéalement, on devrait même le faire avant. Par exemple, dans le hall du studio, juste avant l’heure de répétition si les membres du groupe sont un peu en avance.
Pour la meilleure technique d’accordage d’une guitare avec et sans accordeur, lisez l’article qui suit.

 

2) NE PAS FAIRE DE BALANCE

 

Dans la plupart des salles de répétitions, le traitement acoustique des murs est abominable. Cela signifie que si on ne commence pas par faire une balance minutieuse, les conditions d’écoute pour tous les musiciens relèveront du parcours du combattant. Et un musicien qui s’entend mal est un musicien qui joue mal…

On commence donc par régler le volume des amplis par rapport au volume généré par le batteur (qui lui, ne dispose pas de bouton de volume sauf preuve du contraire ! 🙂 ).
Les guitaristes et bassistes, au lieu de pousser leurs amplis dans leurs derniers retranchements, doivent garder un volume raisonnable et apprendre à se déplacer dans la pièce afin de chercher l’endroit où ils s’entendent le mieux.
Il faut rechercher ce que les américains appellent le « sweet spot », c’est à dire l’endroit où le son est naturellement le mieux balancé et le plus audible.
Cela parait tout bête, mais un déplacement de quelques mètres fait souvent toute la différence entre un son d’ampli criard ou inaudible et un son d’ampli bien équilibré.

Enfin, pensez à aider votre chanteur, qui peut difficilement faire des vocalises dans son micro tout en réglant la sono !!! Son confort d’écoute est primordial, s’il ne s’entend pas il ne chantera pas juste et il risque même de s’abimer la voix…
Si le chanteur est en difficulté, baissez le volume des amplis ou bien investissez dans un système de retours.
Bien sur, le chanteur peut lui aussi se déplacer dans la pièce pour chercher son « sweet spot » !

 

3) NE PAS S’ÉCHAUFFER

 

Jouer de la musique est une activité physique qui demande un échauffement préalable de quelques minutes. Ceci est d’autant plus vrai pour le chanteur et le batteur.
Commencez votre répétition en douceur, en jouant votre titre le plus facile ou alors une reprise que tout le monde apprécie.
En vous échauffant correctement, vous serez plus efficaces pour tout le reste de la séance !

 

4) RENTRER DANS LES DÉTAILS DES LE DÉBUT

 

Chacun a ses préférences, mais pour ma part je trouve que commencer une répétition en rentrant dans les détails des morceaux n’est pas une bonne idée.
Je vous recommande plutôt de jouer votre setlist d’une traite, comme vous le feriez sur scène devant un public. Le but du jeu, c’est d’enchainer les morceaux sans se soucier des erreurs ou des accrocs.
L’avantage de cette méthode, c’est que vous aurez une bonne vision d’ensemble des différents problèmes à régler pour chaque chanson.
Vous pourrez alors consacrer une demi-heure par titre pour caler un break, peaufiner une intro, réussir à jouer un passage délicat, etc…
Bien sur, cette technique est uniquement valable si votre setlist est relative courte. Si votre show dure 2h30 comme celui de Paul McCartney, mieux vaut ne PAS commencer par jouer la setlist d’une traite ! 🙂

 

5) DISCUTER EXCESSIVEMENT PENDANT LA SÉANCE

 

Naturellement, on est toujours contents de se retrouver entre musiciens.
Mais ce n’est pas une excuse pour passer la moitié de la répète à se raconter votre semaine, à discuter du dernier film à la mode ou à papoter sur le riff de la dernière chanson de Metallica !
Se dire bonjour, oui, mais ça ne devrait pas prendre le pas sur la musique.
Si vous avez des choses à vous raconter, faite le AVANT ou APRÈS la répète, de préférence dans un endroit qui ne vous coute pas 30 euros de l’heure, contrairement à un studio de répétition !!

 

6) COMPOSER PENDANT LES RÉPÉTITIONS

 

Tout est dans le nom : vous être en train de faire une séance de répétition, pas une séance de composition !
Si vous avez envie d’écrire une nouvelle chanson, retrouvez-vous de préférence dans un endroit gratuit, par exemple votre appartement ou bien un parc. Une simple guitare sèche suffit dans la plupart des cas.
Une fois que vous aurez trouvé un riff ou des accords qui vous plaisent, envoyez-les via internet à vos musiciens, de manière à ce qu’ils puissent commencer à réfléchir à leur partie instrumentale respective chez eux.
En procédant ainsi, chacun aura déjà une idée de ce qu’il a à faire au moment de pénétrer dans le studio de répétition !
Vous perdrez beaucoup moins de temps, et par conséquent d’argent !!!

 

7) AVOIR DES SPECTATEURS

 

La plupart du temps, la musique produite à huis-clos entre les murs d’un studio de répétition est loin d’être à la gloire du groupe… La voix du chanteur qui fait couac, le guitariste qui s’emmêle les pinceaux à la 3ème mesure du solo, le batteur qui s’entête à rater son break…
Ce n’est pas grave en soit, puisque le groupe est justement en studio pour répéter et s’améliorer !

Oui, mais alors pourquoi avoir laissé la copine du bassiste assister à ce massacre ??? 🙁

En règle générale, évitez de faire entrer dans l’enceinte de votre local toute personne extérieure au groupe (à part votre manager bien sur, si vous avez la chance d’en avoir un).
Le fait d’avoir des spectateurs dans le studio est souvent perturbant pour les musiciens, et peut les empêcher de travailler correctement.

La seule exception, c’est lors de la toute dernière répétition avant votre spectacle. Dans ce cas, il peut être intéressant de se produire devant un mini-public trié sur le volet pour tester l’efficacité d’une setlist, avant de se lancer dans le grand bain.

 

8) NE PAS S’ENREGISTRER

 

Si vous terminez une répétition sans avoir en main une trace audio de la séance, laissez-moi vous dire que vous avez tout faux !
C’est vraiment primordial de pouvoir se ré-écouter le lendemain, à tête reposée. Des problèmes que vous n’aviez même pas remarqués vous sauteront instantanément à l’oreille !

Le but du jeu, c’est de s’enregistrer et se ré-écouter régulièrement, afin de constater les progrès réels accomplis par le groupe.
Et pourquoi même ne pas pousser cette démarche encore plus loin, en se filmant ? Ainsi on peut aussi étudier la gestuelle des musiciens !

 

9) PRENDRE SUR SOI PLUS D’ARGENT QUE NÉCESSAIRE

 

Croyez-en ma vieille expérience : à la fin d’une répétition il y a toujours un petit malin qui, comme par magie, a oublié de prendre la bonne somme d’argent et vient demander à ses camarades, la bouche en cœur, de le dépanner « exceptionnellement ».
Ne rentrez surtout pas dans ce jeu !
A partir du moment où un musicien pense à prendre son instrument pour venir répéter, il devrait en toute logique aussi penser à prendre son argent pour payer le local !

Alors prenez juste la somme d’argent nécessaire pour payer VOTRE part. De cette manière, personne ne pourra vous reprocher de ne pas pouvoir le dépanner.
Et laissez les têtes en l’air s’arranger avec les propriétaires du studio, qui accepteront (de mauvaise grâce) de leur faire crédit jusqu’à la répète suivante.
Il y a fort à parier qu’ils n’oublieront plus d’apporter leur argent la prochaine fois !

 

10) RÉPÉTER TROP SOUVENT

 

Alors évidemment, c’est important de répéter de manière régulière, je ne dis pas le contraire.
Mais pas au point d’écœurer les musiciens du groupe, en leur faisant jouer de semaine en semaine des morceaux qui sont parfaitement au point depuis plusieurs mois !!!!
J’ai constaté que cela peut même finir par avoir l’effet inverse : à force de trop répéter, la lassitude s’installe et on commence à faire des erreurs là où l’on n’en faisait pas auparavant !

De manière générale, répétez de manière intensive uniquement quand vous avez un objectif précis en vue : concert, enregistrement d’un disque, etc.
Et entre temps, essayez d’espacer les répétitions.
Ou bien transformez-les en jams d’impro sur des morceaux que vous n’avez pas l’habitude de jouer ! Ce qui permet de garder la cohésion du groupe tout en s’aérant l’esprit.

 

CONCLUSION

 

En appliquant ces quelques conseils vous devriez désormais arriver à tirer le maximum de vos séances de répétition !!! 😀

 

Il y a une 11ème astuce que je garde pour les membres du club Riff Your Life ! Pour y accéder, rien de plus simple : inscrivez-vous gratuitement à la newsletter ! Vous recevrez de temps à autre des bonus et des infos sur le site, et pourrez vous désinscrire à tout moment.


 

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire ci-dessous !
Ou partagez-le sur les réseaux sociaux !

 

Articles à lire également :

5 Comments

  1. Article très intéressant ! Par contre tu as oublié de mentionner une erreur courante : consommer trop de bière pendant la répète !!!!!! ^^

  2. Haha oui effectivement, mieux vaut attendre la fin de la séance de répétition pour s’adonner à ce genre de plaisirs 🙂

    Même si une (et je dis bien une !) petite bière pendant la répète n’a jamais fait de mal à personne, cela permet même à certains de se relaxer et de jouer plus Zen 🙂 (voir mon article à ce sujet).
    Mais il ne faut pas que cela nuise à la qualité musicale, donc tout est question de dosage 😀

  3. Pas mal l’astuce numéro 9 ! 😀

    Sinon je ne peux que souligner l’importance de l’acoustique lors d’une répet et même lors d’un concert.

    S’il vous plaît soyez gentils avec les chanteurs, rien de pire que de ne pas entendre sa voix car les instruments sont trop forts. En répet ça se règle mais en concert en plein milieu d’une chanson c’est assez horrible.

    Normalement il y a des balances avant mais on n’est jamais à l’abri des mauvaises surprises

  4. L’astuce n°9, c’est du vécu !!! (et pas qu’avec un seul groupe…)

    ça c’est sur, d’ailleurs en concert rien ne vaut d’avoir son propre ingé son : combien de fois je me suis déplacé pour faire des balances 3h avant un concert, pour découvrir au moment de monter sur scène que les réglages avaient été complètement saccagés par l’ingé son de la salle !!!!!!!

  5. Nous on répète 100% acoustique, du coup, pas besoin de lieu spécial…et rien à payer 😉
    Depuis peu, on fais nos filages dehors, en ville, dans un coin tranquille, au soleil, pas loin des berges. Et on bronze 😉
    En revanche, on ne s’enregistre pas…les seules fois où on l’a fait, je n’ai pas pris le temps d’écouter de toute façon…

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


onze + quinze =