« La technique du vampire », ou l’art de la copie créative !

Il y a des jours où rien ne va.
Vous êtes assis en train de jouer de votre guitare préférée, vous grattez quelques accords au hasard, vous tentez de caler une petite mélodie bancale par dessus, mais vous êtes bien obligé de l’admettre : le résultat est plus que médiocre…
Vous avez l’impression d’être totalement à sec sur le plan créatif.
Vous tournez en rond…
En un mot comme en mille, vous êtes en panne d’inspiration !
Ce scénario vous parait familier ?

Je suis moi-même passé par là !
Sachez que les blocages créatifs sont extrêmement courants dans tous les domaines artistiques, que cela soit l’écriture, la composition, la danse, etc…

Alors comment fait-on pour remédier à ce problème ? Comment sortir de l’impasse ?

Je vous propose aujourd’hui de découvrir une méthode infaillible, que j’appelle la « technique du vampire » !!
Pour faire simple, cette technique consiste à vous inspirer de chansons déjà existantes pour relancer votre créativité.

J’en entend déjà pousser des cris d’orfrais !!!!! Mais cela ne serait-il pas du plagiat ?
Non, absolument pas !
Plagier, c’est s’approprier ce qui a été créé par un autre, sans rien modifier.
S’inspirer, c’est prendre pour modèle ce qui a été créé par un autre, dans le but de créer soit-même quelque chose d’entièrement nouveau !

Avec la « technique du vampire », vous partez d’une musique connue mais vous modifiez toujours quelque chose :  vous pouvez par exemple changer des notes ou le rythme, inverser des intervalles, insérer des notes nouvelles, transposer la hauteur d’un motif, etc…
Toutes ces petites variations font qu’à la fin, le titre d’inspiration est complètement « dilué » et totalement méconnaissable !

Vous seriez étonné de savoir à quel point presque tous les artistes utilisent la « technique du vampire », depuis des décennies !
Qu’auraient été les Beatles sans les mélodies de Buddy Holly ou des Everly Brothers ?
Ou les Rolling Stones sans le son de guitare de Chuck Berry ?
Pour ceux qui seraient encore sceptiques, je vous propose de jeter une oreille à cette interview de James Williamson, guitariste d’Iggy & The Stooges.
Il y explique notamment comment il s’est inspiré de chansons connues pour composer le riff de « Search & Destroy » !!!!!

Bon, vous avez été bien sages alors je vais vous présenter ci-dessous quelques façons populaires d’utiliser la « technique du vampire » 🙂

 

vampire

 

 

1) S’INSPIRER D’UNE LIGNE DE BASSE

Prenons par exemple la ligne de basse du tube de Madonna, « Like A Virgin » :

 

Et voici une manière parmi d’autres de la « maquiller », en gardant le rythme mais en changeant les notes, au point de créer une ligne de basse totalement nouvelle !

 

 

2) S’INSPIRER D’UNE PROGRESSION D’ACCORDS

Il est très pratique de s’inspirer d’une grille d’accords et de garder juste un élément: par exemple le rythme, ou le nombre d’accords par mesure. On peut ensuite modifier les accords, leur nature (changer les accords majeurs en mineur et vice-versa), voire mixer deux progressions entre elles pour les rendre méconnaissables !

Exemple avec comme progression de départ le tube intemporel « Imagine » de John Lennon :

 

Et le résultat après avoir gardé le rythme mais changé les accords :

 

 

3) S’INSPIRER D’UNE RYTHMIQUE

Ici, vous conservez juste le rythme de la batterie, ou des percussions, et vous créez une musique nouvelle par-dessus.

Exemple en partant du classique « Louie Louie » :

 

En gardant la rythmique mais en changent les accords :

 

4) S’INSPIRER DES PAROLES D’UNE CHANSON

On peut ausi s’inspirer d’une phrase dans une chanson, uniquement pour trouver une idée mélodique ou rythmique. Puis on change les mots de la phrase !

Exemple avec une phrase extraite de « Come As You Are » de Nirvana :

« Come, as you are, as you were, as I want you to be »

Ce qui peut devenir quelque chose comme :

« Run, like a horse, if you’re sad, ’cause I’m so tired of you » ! 🙂

(en changeant les mots et la mélodie)

 

5) LA TECHNIQUE VAMPIRIQUE ULTIME : S’INSPIRER DE SOI-MEME !

Une fois que vous avez trouvé une idée grâce aux techniques exposées ci-dessus, vous pouvez encore la développer en la copiant elle-même 🙂

Vous pouvez par exemple répéter une mélodie mais changer le rythme ou la hauteur à laquelle vous l’avez joué au début.

Exemple avec une mélodie de départ :

 

En répétant la même mélodie à une hauteur différente, et en changeant le rythme de la mélodie :

 

Ou bien répéter une mélodie à l’identique mais changer les accords (ou la nature des accords) qui l’accompagnent !

Exemple d’une mélodie avec un accompagnement :

 

Puis la même mélodie avec un accompagnement totalement différent !

 

Ou encore, prendre une suite d’accords de votre cru, chanter quelque chose par dessus, garder la mélodie que vous venez de trouver mais chercher de nouveaux accords pour l’accompagner !!! Ce qui modifie totalement l’intention de départ.

 

CONCLUSION

Vous voyez qu’avec les bons outils et un peu d’audace, ce n’est pas si difficile que cela d’être inspiré sur commande !
Alors, dès aujourd’hui, je vous lance le défi d’utiliser la « technique du vampire » pour créer quelque chose.
Chiche ?! 🙂

 

Si vous avez aimé cet article, merci de réagir en laissant un commentaire (voir tout en bas de la page) !

livre gratuit


BIENTÔT DISPONIBLE : PACK « JOUER TOUTES LES GAMMES SANS EFFORT + L’ART DE L’IMPROVISATION » : un cours « géant » regroupant un ebook au format PDF, des MP3, des fiches pratiques, des vidéos, etc.



Articles à lire également :

4 Comments

  1. Encore une fois un bon article qui apprend à ne pas confondre plagiat et inspiration. Est ce qu’on peut dire que keith richards s’inspire des ces propres riffs et enchaînement pour faire de nouveaux morceaux ?

  2. Super!! GENIAL;

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


un × cinq =