Jouer de la guitare sans guitare, c’est possible !

A l’occasion de la sortie du nouveau « Star Wars », j’ai décidé de vous parler d’un sujet quelque peu mystique ! 😀
Saviez-vous qu’il est tout à fait possible de faire vos gammes dans la rue, dans une rame de métro, au bureau ou même dans votre lit ?
Et ce, sans avoir à toucher le moindre instrument !!!!
Pour accomplir ce prodige, inutile de s’appeler Maître Yoda !
Il suffit simplement de pratiquer ce qu’on appelle la « visualisation ».

J’en entend déjà certains qui ricannent et qui pensent que je suis devenu fou, voire membre d’une secte obscure… 🙂
Vous aussi vous êtes sceptiques ?
Vous ne devriez pas : cette technique des plus sérieuses est pratiquée au quotidien par des musiciens à la renommée mondiale.
En effet, comme le disait le pianiste classique Glenn Gould (1932-1982), « ce n’est pas avec les doigts que l’on joue, c’est avec le cerveau ».
Dans un même ordre d’idée, Jimi Hendrix n’avait-il pas répondu à un journaliste qui lui avait demandé s’il jouait avec les dents : « non, je ne joue pas avec mes dents, je joue avec ma tête ! » ?

L’idée, c’est que jouer d’un instrument de musique relève de deux processus distincts :
– d’une part, le cerveau qui visualise des schémas mentaux qu’il a appris.
– d’autre part, les doigts du musicien qui obéissent au cerveau et exécutent mécaniquement ces schémas mentaux, par le biais de mouvements.
Le professeur Pierre Lemarquis, neurologue, l’affirme : « l’entraînement moteur sculpte le cerveau des musiciens, mais les progrès en neurosciences ont démontré la similarité entre entraînement physique et entraînement mental, qui consiste à imaginer une action sans l’exécuter ».
Traduction : pour votre cerveau, il n’y a pratiquement aucune différence entre imaginer une action et la réaliser vraiment !
On peut donc tout à fait « zapper » de temps en temps l’entraînement sur un instrument réel et continuer quand même à travailler son instrument !!!!
Et c’est ce que font au quotidien des pianistes classique célèbres comme Hélène Grimaud.

 

visualisation

 

Concrètement, pour utiliser cette technique il vous suffit de vous concentrer un petit peu et d’avoir recours à votre imagination.
Essayez d’imaginer que vous tenez votre guitare, représentez-vous un manche fictif.
A présent, imaginez que vos doigts jouent quelque chose sur ce manche. Essayez quelque chose de simple, et que vous maîtrisez bien : une gamme, des accords, ou bien une mélodie.
En principe, vous devriez avoir une image mentale assez précise de cette action en train de s’exécuter !!!!
Je viens de tester en imaginant que je jouais le riff d’intro de « Come As You Are » de Nirvana.
Chez moi, la visualisation ressemble à des petits points qui se déplacent sur le manche fictif ! J’ignore si l’image est la même pour tout le monde, je pense que cela doit sûrement dépendre de la personne.
Si vous êtes seuls, ou si vous ne craignez pas le ridicule, vous pouvez aussi accompagner votre visualisation par les mouvements des mains que vous accompliriez si vous étiez vraiment en train de jouer – c’est le principe de la « air guitar « !
Mais cela n’est pas nécessaire, et vous pouvez vous en tenir à de la pure visualisation.

En réalisant cet exercice pendant une dizaine de minutes dès que vous en avez l’occasion, vous contribuerez à garder vos schémas mentaux intacts et donc à entretenir votre niveau guitaristique. Vous accomplirez 50% de l’action réelle de jouer de la guitare, ce qui n’est pas rien quand on y pense !
Certains instrumentistes classique font cet exercice de manière quotidienne, le soir au calme, avant de se coucher. A vous de trouver le rythme qui vous convient ! Vous n’avez vraiment rien à perdre à essayer !

Bien entendu, la visualisation a ses limites : à un moment donné il faudra bien que vous travaillez vos gamme pour de vrai sur votre guitare !!!! Ne serait-ce que pour garder les muscles de vos doigts en bonne condition physique.
Mais avouez qu’il est quand même bien pratique de savoir que l’on peut continuer à travailler sa guitare quand on s’en retrouve éloigné !
Cela peut même vous sauver la vie, si vous êtes coincé un jour sur une île déserte !!!! 🙂

 

Si vous avez aimé cet article, merci de réagir en laissant un commentaire (voir tout en bas de la page) !

 

PACK « JOUER TOUTES LES GAMMES SANS EFFORT + L’ART DE L’IMPROVISATION » : un cours « géant » regroupant un ebook au format PDF et des MP3 pour apprendre à improviser comme un dieu !!!!
Cliquez sur l’image pour en savoir plus !

 

livre gratuit

Articles à lire également :

4 Comments

  1. Très intéressant! La technique de la visualisation peut-être utilisée aussi avant un entretien ou une présentation publique, pour s’exercer et « participer » à la réussite, ou dépasser un blocage…
    En fait, afin dans le but d’atteindre un quelconque objectif!
    Outre les musiciens qui utilisent cette technique pour se perfectionner, les médecins et les dirigeants d’entreprise utilisent aussi l’imagerie mentale pour améliorer leurs performances et se préparer à des enjeux difficiles.
    Ce n’est pas dit mais il faut s’assoir au calme, dans un endroit confortable, fauteuil, canapé…et fermer les yeux, se détendre, respirer calmement, lentement, profondément, et visualiser ensuite de manière aussi précise que précise, et se faire un « scénario » dans sa tête…cela doit prendre un petit peu de temps…c’est un moment pour soi. Il faut insister aussi sur la répétition pour que cela soit efficace, le refaire plusieurs fois dans le temps.
    Il y a ainsi un travail réel qui se fait sur le subconscient et est plus efficace qu’on ne pourrait le penser!!, ce qui se vérifie lorsque par la suite on passe à l’action! dans le réel! les choses sont « facilitées ».
    En tout cas, très bon article!

    • Merci pour ton commentaire LadyR ! En effet, la visualisation est une technique qui peut s’appliquer dans plusieurs domaines. La plasticité du cerveau permet qu’on puisse façonner ce dernier à sa guise !

  2. Ce que tu décris est un excellent truc !
    Personnellement je m’entraîne à visualiser les notes sur le manche en fonction de l’accord joué. J’ai déjà mémorisé toutes les séquences des déploiements (exemple : FQFTQF pour MI), et donc pour chacun des accords, en commençant par les Majeurs, puis les mineurs, les 7èmes, etc..) et du coup je trouve presque spontanément les notes sur le manche, jusqu’à la 5ème frette…Pour les autres, il faut encore cogiter..
    Et en cas d’insomnie, c’est redoutablement efficace ! 🙂

    • Merci Yves ! En ce qui concerne les séquences de déploiement, j’ai moi aussi développé mon propre système, une sorte de version améliorée du CAGED !! 🙂 J’explique ce système dans le Pack Accords !

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


quinze − douze =